Bienvenue sur livreta.biz
portail d'informations et d'actualités sur
ce livret réglementé par l'état, que
certaines banques en ligne proposent.

taux : 2.25 %

plafond : 15 300 €

évolution : cliquez ici

Baisse du taux du Livret A : inévitable sauf circonstances exceptionnelles

Descendu le 1er août dernier à 1,25%, le taux de rémunération du Livret A devrait être corrigé à 1% le 1er août prochain. Si cette perspective se confirme, la fuite de l’épargne, déjà tangible en mai, a peu de chance de se tarir.

Une rémunération de moins en moins attractive

L’épargne réglementée a beaucoup fait parler d’elle ces derniers temps grâce à un taux de rémunération net supérieur aux performances des marchés et un plafond de dépôt repoussé. Cette période faste est sur le point de se refermer.

Tout d’abord, il n’est plus question d’élever le plafond du Livret A. Il a été hissé à 22 950 euros le 1er janvier 2013 et n’ira pas plus haut pour l’instant.

Ensuite, le taux de rémunération, calé sur l’évolution de l’indice des prix à la consommation, n’est pas plus haut que 1,25% net et devrait s’incliner à 1% le 1er août prochain. Toutefois, si c’est ce que le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, recommandera au Ministre des Finances, le gouvernement pourra invoquer des « circonstances exceptionnelles » pour conserver un taux avantageux s’il cherche vraiment à maintenir l’attractivité du Livret A.

Une collecte négative en mai

Tandis qu’au mois de mars la collecte nette des Livrets A et Livrets de développement durable (LDD) pavoisait à 1,18 milliard d’euros, elle fléchissait à 690 millions d’euros en avril et vient de plonger en mai à – 90 millions d’euros pour le Livret A et -10 millions d’euros pour le LDD. Ce revers ne se ressent pas sur la collecte nette d’épargne réglementée engrangée depuis le 1er janvier. Elle pèse 3,82 milliards d’euros et pousse l’encours total à 371 milliards d’euros au 31 mai 2014.

Cependant, le mois de mai est réputé comme n’étant pas la période la plus favorable à l’épargne. Entre le versement du deuxième tiers provisionnel de l’impôt sur le revenu et les week-ends prolongés propices aux dépenses, le contexte est défavorable à l’épargne et explique, du moins en partie, la décollecte enregistrée sur ces comptes épargne.